HOMEOLOOK, homéopathie, science et médecine ... blog de Philippe Marchat

28 mars 2020

COVID 19 (suite) FAIRE FACE AVANT TOUT ... SANS S'INTERDIRE DE PENSER POUR AUTANT

Deux petites réflexions que j'hésite à mettre en ligne vu la gravité du contexte. 

L'urgence est, en effet, à "faire bloc" et mobiliser totues les énergies pour que chacun, à sa place, joue son rôle face au déferlement de cas qui s'annonce dans diverses régions de France. 

Ceci dit, il me semble, sauf erreur, de plus en plus clair que quatre facteurs sont à l'origine de la catastrophe sanitaire présente :

          - tout d'abord, bien sur, l'émergence de ce virus nouveau et sa contagiosité extrême. 

          - ensuite, l'affaiblissement irresponsable de notre système de santé depusi plusieurs décennies avec                l'idée "libérale" que l'on peut faire aussi bien, sinon mieux, avec de moins en moins de moyens et à                moindre cout. On voit, aujourd'hui, clairement hélas, que nos moyens sont nettement sous                              dimensionnés et que la situation, bien que difficile et surprenante, serait beaucoup moins                                préoccupante si nous disposions de deux ou trois fois plus de lits et de personnel de réanimation. 

          - l'idéologie et l'esprit partisan typique de la France n'arrange rien. De nombreux lits de réanimation du              secteur privé sont restés vides pendant des semaines et le recours à la médecine de ville est,                          également insuffisant. Tout ceci pour des raisons idologiques arriérées, comme si seuls les                              praticiens du service dit public étaient qualifiés et compétents. comme, aussi, si les "acteurs"                          du secteur dit privé n'avaient ni la comptétence ni le sens du bien génréal et public. 

          - enfin, le choc du Réel vient montrer la vanité et l'inadaptation de notre modèle d'élaboration des                     décisions médicales. Ici aussi, l'idéologie règne en maitresse. Comment ne pas voir, en effet, la part               d'aveuglement et d'idéologie, je reprends volontairement le qualificatif, dans les premières réactions               et propositions faites par les "autorités médicales" durant les premières semaines ? Combien de                     temps a-t-on perdu à parler et mettre en place des projets de recherche de vaccins contre le corona               virus ?  N'est-il pas étrange, alors que le danger est imminent, déjà là, d'ergoter sur des projets qui,                 au mieux, seront à disposition dans dix huit mois, c'est à dire quand ils ne seront plus utiles ? Comme             si trouver des solutions immédiates ne comptait pas, n'était pas même envisageable et que seul                     importait d'entretenir le mythe de la toute puissance de la protection vaccinale (bien utile, au                           demeurant, quand elle est disponible). Et pendant tout ce temps, on aura rejeté, de façon apriori,                     sans examen, les propositions thérapeutiques du professeur Raoult. On aura, aussi, quand il n'est                   plus possible de ne pas l'entendre, mis en place des essais de l'hydroxychloroquine sur des patients               en réanimation alors que le scientifique marseillais ne cesse de dire que sa proposiiton thérapeutique             n'est pas adaptée à ce type de cas mais doit viser les sujets non encore trop atteints pour leur éviter               de s'aggraver. "On" (qui on ?) voudrait "prouver" que l'hydroxychloroquine ne marche pas qu'on ne s'y             prendrait pas autrement. Je ne sais, bien évidemment, pas si le professeur Raoult a raison. Ce qui                 me semble évident, c'est que ses arguments sont clairs, intelligibles et frappés au coin du bon sens.               L'avenir dira s'il est dans le vrai ou s'il se trompe. Ce qui est frappant, c'est la mauvaise foi et les                     procès d'intention de beaucoup de ses détracteurs. 

Souhaitons que nous sortions, avec le moins de victimes possibles, de cette crise sanitaire. Et faisons, chacun à sa place, ce que nous pouvons pour y faire face. Je m'y emploie, modestement là où je suis.

Viendra, ensuite, le temps, de comprendre comment certaines failles et certaines orientations implicites de notre modèle médical, au sens très large, auront amplifié, dramatiquement et inutilement, une crise sanitaire qui aura surpris le monde entier.

           

Posté par Tabamircho à 13:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]


21 mars 2020

Covid 19 (suite) : je n'y comprends pas grand chose

Plus les choses avancent, plus j'ai de mal à comprendre ce qui se passe et à évaluer, même à simple usage personnel, la gravité réelle de la situation. 

Non que la gravité des cas hospitalisés en réanimation soit douteuse, loin de là. Mais les situations dramatiques en médecine sont le pain quotidien. Aussi conviendrait-il de rester un peu lucide et de ne pas tomber dans le sensationnel.

Je le redis, donc je ne comprends pas ce qui se passe, ce qui ne m'empêche pas de respecter toutes les mesures barrières recommandés et d'etre très vigilant et, bien sur, à mon poste de médecin chaque jour. 

Ce qui est sur c'est que l'hopital public est manifestement au bord de la rupture mais il apparait surtout que sa submersion est du à son sous dimensionnement. Et ce qui est tout fait nouveau et vraiment dramatique, c'est que l'arrivée de nombreux cas simulatanés en réanimation va aboutir, innovation effrayante, à ce que des patients très sévères qui auraient pu etre soignés et guéris mourront faute des soins les plus appropriés. Mais, là encore, ce n'est pas la virulence propre du covid 19 qui est l'agent principal du drame mais notre impréparation. 

Si l'on en revient au seul virus, comment comprendre qu'il est aussi dangereux qu'on le dit quand on entend qu'il y a eu 3.000 morts en Chine qui doit compter environ 100 à 150.000 décès annuels par la grippe saisonnère ? Je ne sais pas. Cela m'échappe complètement. 

La question est donc : ce covid 19 est-il gravissime en soi ou met-il à jour des failles de nos systèmes de santé et, surtout, celles d'une mondialisation complètement folle ? Il faudrait être bien prétentieux pour avancer une quelqconque réponse, d'autant plus qu'il peut s'agir des deux facteurs associés. 

Je n'y comprends pas grand chose, je le dis et le redis. 

Voici donc un lien pour y voir un peu plus clair et entendre une autre voix que les cris d'orfraie de la couverture ultra-médiatisée actuelle avec ses vrais et faux experts, intarrissables sur les chaines di'nformation continue.

Le professur Raoult est un des plus grands spécialistes d'infectiologie en Europe et dans le monde. c'est lui qui propose, au lieu du confinement généralisé actuel,  de soigner le covid 19 par la chloroquine et d'effectuer un dépistage de masse pour repérer les sujets à traiter avant qu'ils ne se complqiuent. Ce qui, soit dit en passant, parait assez logique et pertinent. 

Cela contraste, heureusement à mon sens, avec les certitudes affolées de certains des faux experts qui hantent les plateaux des chaines d'informtion continue et dont j'ai bien peur qu'ils n'en sachent pas plus que moi. 

https://www.laprovence.com/article/papier/5940125/pr-didier-raoult-je-ne-suis-pas-un-outsider-je-suis-en-avance.html

J'y vois à peine un plus clair grâce au professeur Didier Raoult. 

Bon courage à tous et souhaitons que les efforts conjugués de tous nous permettront de traverser, au mieux, c'est à dire avec le moins de victimes possibles, cette pandémie de covid 19.

 

Posté par Tabamircho à 20:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 mars 2020

A PROPOS DU CORONA VIRUS

La pandémie de corona virus à covid 19 est donc installée. Le branle bas de combat généralisé est lancé et le pire reste à craindre. 

Ce qui me pousse à écrire, modestement, sur ce sujet est une sorte de colère et d'indignation. 

A savoir de ne jamais entendre rappeler un fait capital largement passé sous silence, en tout cas, très insuffisamment analysé.

A savoir que cette pandémie était largement prévisible et, de ce fait, tout à fait évitable. Mais il aurait, fallu, pour cela, tirer quelque leçon du passé et cesser de déformer la vision des problèmes en axant toute la réflexion sur comment faire pour se débarasser du problème sans jamais souligner qu'il aurait, largement pu être évité. Nous payons, avec cette nouvelle pandémie, le prix de notre complaisance à l'égard de la Chine et de l'inexistence d'une pensée écologique et globale en infectiologie. 

On retrouve, ainsi, ce trait étrange et absurde de la vision médicale actuelle qui "mise tout" sur des interventions massives sur un problème, une fois celui-ci déclaré, sans que rien ne soit fait pour l'empêcher de survenir alors qu'il est évident que c'est le "laisser aller" au niveau des circonstances favorisant son émergence qui a conduit à la catastrophe. 

SRAS en 2003, Grippe H1N1 en 2009 et covid 19 en 2020, à chaque fois ces virus viennent de Chine et y sont nés en raison d'absences de mesures barrières en amont de l'épidémie, pour l'empêcher de naitre. L'apparition, chez l'être humain, de ce virus n'est pas une fatalité. Il n'est pas, non plus, du à une sorte de "manque de chance".

Il est, tout simplement, le fruit des conditions sanitaires déplorables des élevages et marchés d'animaux en Asie du sud-est et, notamment en Chine. Il est donc, aussi, le fruit de notre complaisance, celle de tous nous gourvenements et ministères de la santé qui ont, depuis 20 ans, fait preuve d'une absence de pensée globale et écologique proprment scandaleuse concernant les enjeux de santé publique.

C'est ainsi que l'on nous parle de vite mettre au point un vaccin (souhaitons le, surtout s'il s'avère efficace) contre le covid 19 sans évoquer, le moins du monde, la nécessité impérative de faire le maximm de pression sur la Chine pour qu'elle cesse, désormais, au plus vite, imédiatement même, de tolérer, voire encourager, des conditions d'élevages d'animaux sur son sol qui ne pourront que provoquer la survenue de nouvelles épidémies, l'apparition de nouveaux virus qui, bien évidemment, échapperont, parce qu'inconnus, à toute vaccination. 

L'étrange est aussi de voir saluer tel ou tel effort de la Chine dans la gestion d'une crise qu'elle a, à elle seule, provoqué et qui consititue, au minimum, la troisième épidémie née du fait de ses pratiques d'élevages en moins de 20 ans. Il faudra bien, au plus vite, rappeler au pompier qu'il est le premier pyromane. 

En effet, c'est uniquement l'élevage concentrationnaire et les marchés d'animaux "hétéroclites" d'animaux de nombreuses espèces différentes vivant en promiscuité, qui favorise les recombinaisons de virus.  Et le fait que les éleveurs vivent beaucoup trop au contact et au "milieu" de ces animaux.

On ne sortira donc pas de cette menace infectieuse à répétition tant que la Chine n'aura pas changé, drastiquement ses pratiques d'élevages et de vente d'animaux domestiques et/ou sauvages, tant qu'elle n'aura pas, aussi, amélioré les conditions de vie et de travail de ses éleveurs. 

Souhaitons donc que tout rentre dans l'ordre au plus vite avec le moins de victimes possibles. Mais il y a fort à parier que l'absence de toute pensée globale et véritablement écologique ne nous permette pas de tirer la véritable leçon de ce nouveau drame et de comprendre qu'une fois de plus "mieux vaut prévenir que guérir". 

La peste, la lèpre et le choléra ont disparu de pratiquement toute la planète. Ceci ne doit rien à l'invention de médicaments ou à la mise au point de vaccin et tout à l'amélioraiton des conditions de vie et d'hygiène des humains. Il en ira de même pour les nouvelles pandémies infectieuses saut, qu'ici, c'est des conditions de vie et d'hygiène des animaux (et des éleveurs) qu'il s'agit. 

L'éradication du problème est à portée de mains. A condition de ne pas se tromper de cible, c'est à dire à condition d'empêcher ses pandémies de naitre. Et non pas d'y chercher des solutions médicamenteuse qui, régulièrement, arrive avec "une guerre de retard". 

Bon courage à tous. 

 

Posté par Tabamircho à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2020

SAFE MED CONTRE FAKE MED

Bonjour, je n'y avais pas pensé auparavant (où avais-je la tête ?), je vous recommande une petite visite que le très intéressant site de mon confère Antoine Demonceaux, site qui offre de nombreuses informations et met bien en perspective tout ce qui se joue contre l'homéoapthie ces derniers mois. Il a choisi le beau nom de Safe Med" (médecine sûre) en réponse au "Fake Med" des détracteurs de l'homéopathie qui se sont, notons le au passage, inscrits dans le sillage du "grand blond avec une cravate bleue" américain ... comme lui, lpas d'argumentation mais le dénigrement récurrent et l"insulte facile ... ceci dit, que ce soit de ce côté de l'Atlantique ou de l'autre, force est de constater que cela marche plutôt bien ... pour le moment en tout cas ... 

L'adresse du site de mon confère et ami : https://safe-med.fr/

Posté par Tabamircho à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2020

SITE HOMEOPATHIE SCIENTIFIQUE/SCIENTIFIC HOMEOPATHY

 

Le climat actuel d'hostilité à l'homéopathie ne cesse pas de régner, voire de s'aggraver. Le prochain déremboursement des médicaments homéoapthiques en France semble donenr des ailes à certains et, apr exemple, les Etats Unis cherchent à faire interdire la vente même des médicaments homéopathiques sur leur sol au motif de leur dangerosité.Nous voici donc en rpésence d'un OMNI, Objet Médical Non Identifié jusqu'alors, à savoir le placebo sans effet thérapeutique, fait de suv-cre mais qui est telleemt dangereux qu'il faut en interdire la vente. 

Devant tant de mauvaise foi et de volonté de nuire, ne nous reste que ... l'intelligence et, aussi, à prendre date. 

Je vous informe donc de la mise en ligne d'un site "HOMEOPATHIE SCIENTIFIQUE", doté d'une version en anglais "SCIENTIFIIC HOMEOAPTHY" (je signale cela à l'intention, notmamet des 25 % de visiteurs de ce blog en provenance des Etas Unis que cela pourra intéresser et qui pourront en diffuser l'adresse autour d'eux ... merci d'avance à eux). Son but ? Élever quelque peu le débat, prendre date et offrir une présentation moderne et scientifique de l'homéopathie. 

A bientôt. https://sites.google.com/view/homopathie-scientifique/bienvenue

 

Posté par Tabamircho à 15:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 janvier 2020

DE LA CENSURE EXERCÉE EN MÉDECINE

 

          Le 28 novembre 2019, un colloque a été organisé à l'assemblée nationale sur le thème "L'homéopathie, une solution en santé publique". Le Pr. Luc Montagnier, lauréat Nobel de Médecine et Physiologie, y est inervenu et y a présenté des  travaux démontrant une activité physique et biologique avec des hautes dilutions telles que les dilutons homéopathiques. 

         Le professeur Luc Montagnier insista particulièrement sur les travaux du Prof. Gerald Pollack de Seattle qui défend la thèse d'une quatrième phase de l’eau (en plus des états liquide, solide et gazeux bien connus). L'eau biologique, qui représente 70 à 80 % du poids corporelle serait aprticulièrement concenrée par cette phase. 

          Il rappela, aussi, que de nombreuses publications font l’objet de censure, soit en étant refusées de façon a priori, soit en étant rétractées après acceptation, sous l'influence d’interventions extérieures.

          Pour ceux qui penseraient que ces propos sont excessifs, il suffit de constater, une fois de plus, la censure qui est tombée sur ces propos. 

          En effet, on aurait pu penser que le fait qu'un prix Nobel de médecine vienne soutenir l'homéopathie à l'Assemblée Nationale française, avait de quoi susciter réactions et compte-rendus dans l'ensemble des medias français, eux qui ont, très largement, ouvert, des mois durant, leurs tribunes, colonnes et antennes à des détracteurs totalement inconnus, voire, pour certains, anonymes, de l'homéopathie. 

           Mais ne rêvons pas. La censure s'exerce très efficacement. Et l'évènement est passé inaperçu, couvert par un silence de plomb. Pour combien de temps encore ? 

          Pour autant, ne nous laissons pas abattre. Alors, très bonne année 2020 bien sur. 

          P.S : à ma connaissance, seul mediaprt a relayé l'information.

          https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog

 

 

          

Posté par Tabamircho à 20:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 octobre 2019

Propos rectificatifs (bien tardifs) du Pr. Anne KELSO

« L’examen n’a pas conclu à l’inefficacité de l’homéopathie », Pr Anne Kelso

En 2015, l’organisme public australien sur la recherche médicale (NHMRC) publiait un rapport à charge contre l’homéopathie, niant son efficacité thérapeutique. Un rapport massivement repris par la presse mondiale qui a largement contribué au discrédit médiatique dont pâtit l’homéopathie ces dernières années. La justice australienne vient d’ordonner la publication du rapport original et complet du NHMRC. Et surprise… des preuves scientifiques de l’efficacité de l’homéopathie y sont démontrées.

C’est un scandale qui a changé la perception de l’homéopathie à l’échelle mondiale. La publication d’un rapport du NHMRC australien à l’origine de la défiance généralisée à l’égard de l’efficacité scientifique de l’homéopathie. Pourtant, la version originale et complète du rapport, loin de conclure à l’inefficacité de l’homéopathie, offre pour la première fois des preuves scientifiques de l’efficacité de l’homéopathie pour le traitement de cinq types de cas cliniques. Pourquoi une telle censure et la mise sous silence de résultats prometteurs pour améliorer la condition de nombreux patients ?

Les raisons qui ont poussé les autorités australiennes à publier un rapport incomplet et aux conclusions contradictoires avec les recherches effectuées ne sont pas connues. A ce stade, il n’est possible que de conjecturer et de se poser des questions. Doit-on y voir le poids et l’influence des grands laboratoires pharmaceutiques, traditionnellement hostiles à l’homéopathie ? Ou les effets de la législation australienne sur la sur-taxation de la médecine douce (votée en 2015) ? Une chose est sure : l’effet de la publication de ce rapport tronqué a été désastreux pour la réputation de l’homéopathie.

Plus grave encore, cette publication a été préjudiciable aux patients qui auraient pu avoir recours à des traitements homéopathiques dont l’efficacité est scientifiquement prouvée pour le traitement de leurs affections. C’est notamment le cas pour le traitement de cinq cas cliniques pour lesquels il existe, d’après le rapport original et complet des « preuves encourageantes » de leur efficacité. C’est le cas de la fibromyalgie, de l’otite moyenne, de l’obstruction intestinale postopératoire, des infections respiratoires, mais aussi et surtout de la prise en charge des effets secondaires des traitements contre le cancer.

Face aux preuves accumulées, le NHMRC a fait son mea culpa par la voix de sa directrice générale, le Professeur Anne Kelso, qui a reconnu ces dernières semaines que « contrairement à certaines affirmations, l’examen n’a pas conclu à l’inefficacité de l’homéopathie ». Un rectificatif qui n’a mis que 4 années à être réalisées. Entre temps, la campagne de dénigrement à l’encontre de l’homéopathie a gagné en force, notamment en France, où les traitements homéopathiques ont été déremboursés par le gouvernement.

 

Posté par Tabamircho à 09:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 octobre 2019

LE PREMIER RAPPORT AUSTRALIEN ENFIN PUBLIÉ ...

        Toute la campagne récente contre l'homéopathie a, je l'ai rappelé plusieurs fois, débuté en 2015, en Australie, par la publication d'un rapport de l'équivalent de la HAS française, concluant à l'inefficacité de l'homéopathie. 

         Les premières attaques, en France, il y a un peu plus d'un an, s'appuyaient, d'ailleurs, très largement, sur ce rapport australien et demandaient aux autorités françaises de suivre l'exemple australien. De plus, le rapport de la HAS qui a conduit la ministre française de la santé a décider du non remboursement à venir de l'homéopathie, a, lui aussi, fait référence à cette étude australienne.

          J'ai dit, à plusieurs reprises, que ce rapport australien défavorable à l'homéopathie posait un très gros problème. A savoir qu'il avait été précédé par un premier rapport, favorable lui à l'homéopathie, qui avait été "enterré" et "remplacé" par le second au prix de manipulations scandaleuses et injustifiés. 

          Après quatre ans de dénégation, la HAS australienne s'est vue contrainte, sous la pression des homéopathes australiens qui ont lancé maints recours auprès des autorités judiciaires et politiques, à :

         - reconnaitre qu'il y avait bien eu un premier rapport

         - et à le publier. 

         Cette publication a eu lieu fon aout 2019. Il est plus qu'intéressant de noter le changement de ton de l'autorité de santé australienne puisque, selon sa directrice générale, le professeur Anne Kelso, nous avions tous mal compris. « Contrairement à certaines allégations, l'examen n'a pas conclu que l'homéopathie était inefficace ». 

 

         C'est bien le moins que l'on puisse dire puisque ce premier rapport conclu "à des résultats encourageant concernant l'efficacité de l'homéopathie", notamment dans cinq type de pathologies différentes dont certains effets secondaires des traitements anticancéreux. 

         Nos confrères australiens auront, maintenant, à exiger des explications sur les manipulations pratiquées sur ce premier rapport pour aboutir au second et à demander les sanctions qui s'imposent. 

         Pour ce qui concerne notre pays, cette publication du premier rapport doit être largement diffusée et ses conclusions favorables à l'homéopathie versées au débat. Quand au travail de la HAS, il doit, fermement, être contesté dans sa rigueur et sa loyauté (en raison d'évidents conflits d'intérpêts d'un certain nombre d'experts) et, au vue de ces données nouvelles, complètement repris de zéro.          

Posté par Tabamircho à 23:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 septembre 2019

L' ALLEMAGNE MONTRE LA VOIE

           Bonne nouvelle venue d'outre-Rhin pour l'homéopathie. Le ministre de la santé d'Allemagne annonce que les médcaments homéopathiques continueront d'être remboursés dans son pays.

           Cette mise au point vient répondre à une campagne anti-homéopathique qui s'est, comme chez nous, développé en Allemagne ces derniers mois.

            A la différence de la ministre française qui, de crainte de se trouver atteinte, par contagion, par la violente campagne anti-homéopathie, a lancé une  "évaluation" baclée et partiale, "évaluation" qui lui a "permis" de se démettre de sa responsabilité politique pour se ranger à un pseudo avis de pseudo "experts". 

           A la différence, aussi, d'une France dont les autorités politiques s'imaginent détentrices de la vérité scientifiique, la décision du ministre allemand témoigne d'une humilité bienvenue (un ministre de la santé n'ayant aucune autorité pour dire le bien et le mal) et d'une belle, et salutaire, confiance dans les citoyens et les médecins allemands qui sont, par cette décision courageuse, jugés les plus légitimes pour choisir la façon dont ils entendent être soignés, pour ce qui est des patients, et soigner, pour ce qui est des médecins. 

 

              

                         

           

Posté par Tabamircho à 20:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 août 2019

LA RENTRÉE APPROCHE ... ET AVEC ELLE, LA POSSIBILITÉ DE MENER, ENFIN, UN VRAI DEBAT

 

          Bonjour à tous ... fin aout est là, la rentrée toute proche ... l'hystérie collective et la chasse aux sorcières étant, enfin, retombées, suite à la victoire apparente des opposants à l'homéopathie, les choses sérieuses vont, enfin, pouvoir commencer ... le vrai débat, enfin, pouvoir être lancé ... 

          L'annonce précipitée, irréfléchie et sans examen serein et sérieux, du déremboursement à venir de l'homéopathie a commencé, déjà, et peu à peu, au cours de l'été, à faire place à des interrogations, enquêtes et prises de position sur la question de manière beaucoup plus réfléchie. 

          Le parti politique Europe Ecologie Les Verts, troisième parti de France aux élections européennes, demande, officiellement, "un moratoire sur cette décision hâtive et irresponsable, la défense d’une politique de prévention face au tout curatif ainsi que le respect de la démocratie sanitaire et du droit des patien(e)s". 

         Le 22 juillet, 45 députés, de tous bords (dont plusieurs membres de la majorité présidentielle) protestent contre la décision de dérembourser l'homéopahtie et se proposent de parvenir à faire revenir le gouvernement sur cette décision. 

          Divers acteurs du monde homéopathique réfléchissent, aussi, à la possibilité de contester devant le Conseil d'Etat l'impartialité de l'avis rendu par la Haute autorité de Santé. Celle-ci a, d'ailleurs, dans les dernières années, vu, plusieurs, fois ses avis annulés par le Conseil d'Etat en raison de conflits d'intérêts entre certains de ses "experts" et l'industrie pharmaceutique allopathique.  

          Dans le "Monde des lecteurs" a été publié, par exemple, un texte commençant ainsi :" Pourquoi tant d’agressivité et d’injustice par rapport à l’homéopathie ? Nous sommes dans une période positiviste, un peu scientiste, où tout ce qui n’est pas prouvé scientifiquement n’existe pas". Plusieurs journaux ont, d'ailleurs, durant l'été, publié des artciles ou témoignages nuançant quelque peu le "suivisme" anti homéopathie qui les caractérisaient jusqu'alors. Comme si tout ce monde réalisait, peu à peu, que le débat avait été escamoté et que la ministre de la santé avait cédé à la fureur irrationnelle des réseaux sociaux. 

           Le 26 aout, "Opinion internationale" met en ligne une tribune du philosophe Emmanuel Jaffelin, intitulée " La querelle entre la médecne officielle et l'homéopathie va disparaître". 

           Bref, tout ceci est d'un heureux présage. Après l'hystérie, peut être allons nous pouvoir, enfin, ouvrir un véritable débat. 

 

 

 

Posté par Tabamircho à 15:44 - Commentaires [3] - Permalien [#]