Tout d'abord merci pour vos nombreux messages d'encouragement et de solidarité. Cela fait chaud au coeur. Beaucoup d'indignation et d'incompréhension s'est exprimée.

     On a, en effet, du mal à saisIr le pourquoi d'une telle agression en règle contre l'homéopathie. Praticiens et patients de "médecine douce", nous n'avons guère le gout de l'agresssion gratuite. Pour autant, nous n'avons pas l'intention de rester inertes et de laisser dire n'importe quoi. 

     Reste donc à s'atteler à la question et chercher à y voir un peu plus clair, à saisir les enjeux et les arrière-plans de tout cela. Autant dire que nous sommes  partis pour une dizaine de petits (pour être plus digestes") textes d'éclaircissements, qui reprendront les choses point par point.

      Je ne m'attarderai pas sur les signataires de cette "tribune" contre l'homéopathie. Il n'est pas question de se lancer dans des attaques ad hominem.Nous allons au contraire, de notre côté, essayer d'élever un peu le débat. Disons juste que ce sont de vieux adversaires de l'homéopathie. Disons, aussi, cela saute d'ailleurs aux yeux, qu'ils sont particulièrement remplis de suffisance, totalement sûrs d'avoir raison, d'être du côté de la vérité et de l'intégrité intellectuelle.

      En tant que "vrais" scientfiques, ils doutent donc de tout, (du moins veulent-ils nous le faire croire) sauf d'eux mêmes. Ils n'hésitent pas à excommunier et jeter les anathèmes. Leur grande référence, le glaive qui leur permet de toujours trancher, sans sourciller, et sur tout sujet, sont les données de la science, le recours à la méthode scientifique. Comment pourrions nous nous opposer à cela, La science ? 

      Mais nous ne voulons pas nous opposer à la science, que nous apprécions à sa juste valeur. La question est plutôt : mais quelle est leur conception de la science ? Que vaut leur référence à la méthode scientifique ? Dans quelle conception de la rationnalité se drapent-ils pour réfuter les autres, les renvoyer dans les cordes et les traiter de charlatans et de praticiens indignes de la médecine ? La science est-elle à ce point monolithique, si uniforme, pour qu'il n'y ait de place que pour la conception qu'ils en ont ? En un mot, leur posture est-elle si rigoureuse, si objective, si soucieuse de vérité ? 

     Voyons cela et invitons les à méditer une pensée de Michel Serres que je tire du livre collectif "Elements d'histoire des sciences" dont il a dirigé la rédaction.

  

                  "LA RAISON DANS L'HISTOIRE SAVANTE RESSEMBLE A UNE NAIVETE""

 

      Il veut dire par là que croire que la connaissance scientifique est le fruit d'un patient et serein travail de la raison, toujours effectuée dans le seul souci de vérité, c'est être bien naïf et complètement ignorant de l'histoire des sciences. Les vérités scientifiques se sont imposées, parfois lentement, parfois rapidement, mais le plus souvent au prix de combats, de luttes et d'affrontements particulièrement violents. 

       Et la position de juges et/ou d'arbitres que tentent de prendre nos récents homéophobes n'est qu'une imposture, qu'une mascarade. Ils sont, non pas les détenteurs du vrai ou ses représentants neutres et désintéressés mais les défenseurs d'un "camp", d'une vision, parmi d'autres, de la médecine et de la pratique médicale. De la vision qui croit (et j'y reviendrai dans un texte futur) que les lois mathématiques qui s'appliquent avec justesse aux objets inanimés peutven s'appliquer, sans problème ni distorsion, au vivant. Qui ne réalise pas qu'entre le vivant et l'inanimé il y a un monde. Qui croit que la rigueur des calculs statistiques effectués dans les essais clinqiues sur des êtres humains a une valeur prédictive et une fiablité certaine. 

      Oui, ce sont les représentants d'une vision médicale qui, pour peu que l'on respecte le formalisme des essais clinqiues en double aveugle (et je reviendrai sur cette question aussi plus tard), trouve que l'on a respecté les critères scientifiques, que l'on est conforme à la Science et que, donc, la messe est dite.

      Messe qui a, effectivement, été dite, en 2000-2004, par exemple, pour 60.000 personnes tuées dans le monde par un nouvel anti-inflammatoire, le Vioxx, qui, d'après les essais cliniques effectuées, avec toute la rigueur possible (?), s'avérait devoir être particulièrement bien toléré. Rappeleons que 160.000 autres personnes ont développé des infarctus et des AVC avec ce médicament au même moment. 

     A-t- on entendu nos chers homéophobes (qui distillaient déjà leur venin dans ces années là contre l'homéopahtie) crier au scandale, à la trahison de la science ? Pas du tout. Ont-ils demander à ce que l'on retire leur tritre de médecin aux "experts qui avaient validé ce médicament particulièrement sûr ? Bien sur que non, non plus. Ceux-ci, forts de leurs  essais cliniques, étaient d'authentiques scientfiques, irréprochables donc. Deplus, comme souvent, le Vioxx a provoqué une hécatombe dans le monde entier ... sauf en France. 

      En guise d'arbitres et d'experts neutres soucieux du bien public, ces chers homéophobes sont surtout des défenseurs passionnés et partisans (ce qui est bien leur droit) d'une vision particulièrement fermée et rétrograde de la médecine qu'ils croient être la seule vraie. Et qui, bien évidemment, n'est pas la seule vraie. 

     Rappelons qu'en tant que médecins homéopathes, nous ne risquons pas de croire détenir La vérité puisque nous sommes, par définition,le fruit d'une double culture, au minimum, d'une formation classique Et homéopathique. Pour bien connaitre mes confrères et amis, je pense pouvoir dire, en leur nom, que nous savons tous qu'il existe, de surcroit, encore d'autres dimensions "vraies" du vivant.

      Puis-je avouer qu'il m'arrive de me demander si nous ne serions pas plus scientifiques et plus rationnels que beaucoup. 

 (à suivre : "La dérive anti-empiriste de la science moderne")

 P.S : vous pouvez vous abonner à la newsletter en bas de page pour être informé quand un nouveau texte est posté.