L'homéopathie doit, bien sur, comme toute thérapeutique, être évaluée. Sans complaisance mais sans soupçon. Avec rigueur mais loyalement. 

      De nombreuses étude et essasi ciniques existent d'ores et déj. Plusieurs centaines. Lui sont ils favorables ou défavorables ? Les interprétations divergent. ce qui est sur, c'est que ces essais ne permettent pas, à ce jour, de véritablement trancher. Pourquoi ? Il est clair que ces essais présentent, c'est le moins qu'on puisse dire, de grandes faiblesses. Faiblesses tenant, à la fois, à la faiblesse constitutives des principes de toute évaluaion actuelle d'une part et faiblesse, d'autre part, dues à l'inappropriation complète des standards actuels d'évoluation à l'objet-homéopathie. Je m'explique. 

      - Il faut être bien naïf pour ne pas voir la médiocrité de l'évaluation clinique moderne. Ses deux défauts principaux sont  d'être une évaluation extrêmement limitée dans le temps (on teste un traitement sur quelques semaines puis il est prescrit de sannées durant) et d'être une évaluation "hors sol", dirai-je, c'est à dire en conditions de laboratoires qui n'ont strictement rien à voir avec la vraie vie, celle dans laquelle sera effectuée, ensuite,  la prise de ces médicaments.D'où les catastrophes régulières qui surviennent après la mise sur le marché de médicaments prescrits pendant des années entières à des millions de patients prenant de nombreux autres médicaments de substances qui ont été testées, quelques mois, sur quelques centaines de patients ne prenant rien d'autre. 

      - Par ailleurs, nous l'avons vu, l'homéopathie a une action globale, positive sur plusieurs "cibles" à la fois (tension artérielle + asthme + insomnie par exemple).  Il n'y a aucun sens à vouloir lui imposer une évaluation sur une seule de ces cibles sans minimiser de façon majeure son efficacité. De plus, comme le traitement, pour une affection donnée, variera d'un sujet à l'autre, il est totalement non rigoureux de vouloir imposer des essais évaluant tel ou tel médicament homéopathique dans une indication donnée. C'est absurde. 

      Ceux qui accusent, régulièrement, l'homépathie de ne pas avoir fait la preuve de son efficacité et exigent qu'elle se soumette à une méthode d'évaluation qui ne tient aucun compte de ces caractéristiques sont donc d'une mauvaise foi surprenante. Car une évaluation scientifique est, avant tout, une évaluation adaptée à son objet.

      Il me semble, parfois, que nous nous trouvons dans la situation suivante. L'homéopathe dit avoir découvert une nouvelle planète. L'allopathe, incrédule, lui tend un microscope et lui dit "montrez-moi là" ..."vous voyez bien, vous n'y arrivez pas, on ne la voit pas au microscope ... vous mentez" ...

      Cherchez l'erreur ...