21 décembre 2013

La saga des vaccins (2) l'évolution des objectifs de la vaccination

La vaccination a commencé pour tenter de protéger les humains d'une maladie particulièrement grave et répandue : la variole. Celle-ci tuait, chaque année, plusieurs million s de personnes de par le monde. Ayant observé que les sujets ayant contracté une maladie ressemblante mais peu grave, la vaccine, était relativement bien protégés contre la variole, l'idée vint d'innoculer la maladie "vaccine", d'où le mot vaccination, chez des sujets sains afin de les protéger contre la variole (le raisonnement est assez proche de... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 21:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 décembre 2013

La saga des vaccins (1) Aucun labo ne fabrique le seul vaccin légalement obligatoire en France

Parlons un peu des vaccins.Vaste sujet. Outils magnifiques dont on aura juste (sic) à se poser des questions sur l'usage qui en est fait, la façon dont on observe, ou non, leurs effets secondaires, ce qu'on peut en attendre, les choix de stratégie vaccinales retenus, etc. Bref, toute la question va être "en fait on un bon ou un mauvais usage ? ". Non pas en général, mais au cas par cas. Et on se demandera quelle est l'idée, pour ne pas dire l'idéologie, qui rôde dans la tête de ceux qui sont des inconditionnels de la vaccination comme... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 14:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 décembre 2013

Unité et globalité (suite) : l'inscription du vivant dans le temps

Une différence frappante entre l'approche de la bio-médecine, ou médecine dite "classique" et l'homéopathie est liée à la place qui y est faite au temps, à la chronicité, à l'histoire du patient.  la biomédecine a, en effet, spatialisé la maladie. Celle-ci, désormais définie par son imagerie (hernie discale visible asur le scanner ou l'IRM, ulcère duodénal ou polype colique mis en évidence par fibroscopie et/ou coloscopie) s'inscrit, comme l'image, dans l'espace. Infarctus maladie du coeur, brocnhite, du poumon, hépatite,, du... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 19:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 novembre 2013

La globalité : que tout est lié ou la notion de terrain

La globalité, en médecine, signifie que tous les troubles présentés par un patient, à un moment donné, sont d'une façon ou d'une autre liés. Hormis, bien sur, la survenue de troubles aigus et locaux, je veux dire, authentiqument locaux. Car, si le patient, victime d'une chute se fracture le fémur, celle-ci n'a, bien évidemment, rien à voir avec un déséqulibre global. De même, s'il contracte une infection bactérienne extrêmement sévère et sporadique (rare) comme une méningite bactérienne, par exemple. On remarquera, au passage, que... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 14:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 novembre 2013

Le vivant est un tout unifié et singulier (1)

Le regard homéopathique sur le vivant en décrit trois grandes caractéristiques qu'aucune autre approche, je crois, ne relève, en tout cas, pas aussi nettement et pas comme l'homéopathie le fait aussi bien en pratique qu'en théorie. Ceci se décrit selon trois idées clés : La globalité : cette idée signifie que tous les troubles qu'un patient présentent à un moment donné (migraines, ulcère duodénal et polyarthrite rhumatoïde) ne sont pas trois maladies "locales" différentes mais trois localisations différentes d'un seul déséqulibre... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2013

Le paradoxe Hippocrate (2)

Hippocrate, père fondateur de la rtionalité médicale et figure tutélaire de la médecine occidentale, défendait donc une vision médicale à l'opposé de celle de la médecine moderne. Au lieu de rapporter comme celle-ci toutes les maladies à un agent extérieur (bactérie, virus) ou interne (cholestérol, sucre en excès, défcit de tel neuromédiateur dans les troubles psychiques), Hippocrate les voyait comme résultant de l'influence des émotions, des saisons, des climats, d'un déséquilibre des "humeurs". Notons encore que l'occident s'ouvre,... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 14:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2013

Le paradoxe Hippocrate(1)

Ce post m'a été suggéré par un des lecteurs, philosophe de son état, qui désirait, après lecture des posts sur "médecine et écologie", que j'en dise un peu plus sur la médecine hippocratique.  Je l'ai intitulé "Le paradoxe Hippocrate" car la médecine occidentale entretient une relation paradoxale à Hippocrate dont, à bien des égards, elle se réclame la descendante.  Alors, Hippocrate, c'était quand ? Au cinquième siècle avant jésus-Christ. Il rompit avec la pensée religieuse et magique de son époque. Avec... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 19:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 octobre 2013

Luc Montanier (suite)

Pour tous ceux qui se demandent quoi penser des médicaments homéopathiques ou qui auraient envie d'avoir quelque chose à répondre à ceux qui critiquent un peu trop abruptement l'homéopathie, je poste cette phrase du Pr. Luc Montanier, co-découvreur du virus du SIDA et prix Nobel de médecine. "Je ne peux pas dire que l'homéopathie fonctionne. Ce que je peux dire aujourd'hui c'est que les hautes dilutions fonctionnent. Les hautes dilutions de quelque chose, ne sont pas rien. Ce sont des structures d'eau qui imitent les... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2013

L'écologie, l'absente de la médecine

Voici le pendant du post précédent. L'écologie absente de la  médecine. Ce n'est pas que le souci environnemental n'existe pas en quelque façon en médecine. Mais il est marginal. On signale l'influence des pics de pollution sur les maladies respiratoires et cardiaques, par exemple, celle desperturbateurs endocriniens, etc.  Mais, au fond, on n'a pas du tout intégré une pensée globale du sujet en relation à son environnement, au sens très large, physique, climatique, affetctif, social, en terme d'équilibre de santé ou... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 16:50 - Commentaires [9] - Permalien [#]
12 octobre 2013

La médecine, grande absente de l'écologie

L'écologie est à la mode, elle imprègne l'esprit de l'époque et chaque parti politique et gouvernenmt se sent obligé d'y faire référence et d'en reprendre, ne serait-ce qu'officiellement, certaines des préoccupations. Mise en cause et sortie demandée du nucléaire, diminution de la place de l'automobile dans les transports, soutien du ferroutage contre le tout "poids-lourd", proposition de décroissance, opposition aux OGM, aux gaz de schistes, etc. De nombreux sujets brulants retiennent l'attention des écologistes. Cela rend d'autant... [Lire la suite]
Posté par Philippe Marchat à 14:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]