Comme je le disais précédemment, nous avons été, de longue date, beaucoup trop complaisants et timorés avec nos adversaires.

          Ceux-ci ne sont nullement critiques à notre égard, ce qui ne poserait aucun problème car la critique est légitime. Ce qu'ils veulent c'est la disparition de l'homéopathie, sa disqualification définitive et, tout bonnement, sa mise hors la loi, son interdiction. D'ailleurs, leur premier propos après l'annonce de l'avis de déremboursement par la HAS est de dire que ce n'est qu'une première étape et qu'ils veulent aller plus loin. D'arriver, en fait, comme au Canada, à ce qu'il soit impossible à un médecin de pratiquer l'homéopathie, que cela entraine sa radiation. 

          Ne soyons pas naïfs. Ces gens savent très bien ce qu'ils font. Ils ne sont, nullement, épris de science et de rigueur. Ce sont des intégristes prêts à tout pour nous éliminer. Pour détenir, seuls, la vérité et obliger tout un chacun, médecins et patients, à obéir à leurs injonctions. Si l'on ne fait rien, le temps viendra, bientôt, où l'on pourra opposer à tout médecin des recommandations de "bonne pratique" qui seront contraignantes. Où l'on dira à tous les médecins, devant telle pathologie, il faut faire ceci et prescrire cela sous peine de sanctions. 

          Donc, remettons les pendules à l'heure et montrons que ces inquisiteurs seraient bien inspirés de balayer devant chez eux. 

         Dérembourser toutes les prescriptions homéopathiques de tous les médecins homéopathes français devraient permettre d'économiser 120 Millions d'euros nous dit-on. Poursuivons, alors, dans cette logique.

          Les statines coutent, à elles seules, un milliard deux cents millions à la sécurité sociale tous les ans. Or, des études scientifiques, multiples, montrent qu'elles sont toxiques pour le foie, les reins, le cerveau, et même le coeur. Qu'elles sont, trop souvent, prescrites à des patients qui n'en bénéficieront pas. Il nous faut donc mettre "les pieds dans le plat" et oser demander, puisque les études scientifiques prouvent que ces statines posent problème, comment se fait-il que l'on dépense un milliard deux cents millions pour elles chaque année ?

           Ce serait, dailleurs, une question à poser, systématiquement, au docteur Jérémy Descoux qui est le "leader" de la croisade contre nous. Il est cardiologue. Nous pourrions, à chaque fois qu'il intervient, lui demander ce qu'il pense de cette question. A-t-il, personnellement, lui si soucieux du bien public et si prompt à condamner les pratiques dangereuses,comme l'homéopathie (sic), diminuer drastiquement sa prescription de statines toxiques ? Comment explique-t-il que la fédération de cardiologie continue à en vanter les mérites après tout ce qui a été montré, scientifiquement, sur leur toxicité ? Ce qui est un déni de souci de l'intérêt des patients. Pourquoi, puisqu'il est cardiologue, et qu'il y a près d'un milliard d'économies à faire (soit huit fois ce que représente tous les médicaments homéopathiques) ne dit-il jamais un mot sur ce scandale qui touche sa spécialité ? Prescrire des statines dont on connait, désormais, la dangerosité est-il respectable et à encourager quand  prescrire ce que Jérémy Descoux estime être un placebo serait criminel ? 

          En un mot, l'enjeu doti être, désormais, de mettre au jour la mauvaise foi, évidente, et les conflits d'intérêts massifs qui caractérisent nos détracteurs. Nous n'avons vraiment pas à rougir de notre pratique qui est très utile et efficace, très peu couteuse pour la collectivité et atoxique. Ne laissons pas nos adversaires nous imposer leur logorrhée malsaine. Arrêtons celle-ci, et mettons les, systématiquement, devant leurs contradictions. 

 

 

 

 

 

 

 

Statines 

 

Inhibiteurs de la pompe à protons

 

Les deux 10 fois, chacun, soit 20 fois oiur les deux, le bout de tous les médcaments homéopathiques prescrits par tous les médecins homéopathes d eFrance.

Dr. seuelemnt une étape. Volonté d'éradiquer l'homéopathie, de la détruire complètement;